Choisir son prestaire

Choix d'un prestataire :

  1. Privilégier un fournisseur ayant signé la Charte eTIC, de manière à pouvoir faire intervenir le service de résolution des litiges dans le cas où la charte eTIC n’est pas respectée;
  2. Vérifier sur Internet la réputation des fournisseurs sur un moteur de recherche
  3. Regarder les références des fournisseurs. Eventuellement, contactez un ancien client pour lui demander son appréciation quant au travail effectué par son fournisseur.
  4. S'entourer d'un consultant spécialisé en e-business n'est pas un luxe pour des projets TIC stratégiques dans l'entreprise

Ressources complémentaires :

Aspects contractuels :

  1. Ne jamais signer de contrat lors de la première rencontre avec le commercial d’une agence web (voir pratiques de ventes one-shot). Lire le contrat à tête reposée et prendre une décision le lendemain. Ne pas hésiter à négocier le retrait ou l'amendement de clauses du contrat
  2. Redoubler de vigilance si l’agence web propose un contrat d’une durée incompressible de plus d’un an et demande de payer le site par un abonnement avec mensualités.
    • Au niveau des modalités de paiement et durée d’engagement,éviter de régler un acompte supérieur à 40%,
    • éviter les contrats de location à long terme si le contrat ne peut être rompu anticipativement / si pas de possibilité de « transfert »
    • prévoir contractuellement des options de révision de la mission, une formule d'indemnisation en cas de non-respect des délais, ainsi qu'une voie de sortie en cas de constat de carence.
  3. Vérifier que les arguments avancés oralement par le commercial sont bien repris dans le contrat. N’oubliez pas que les paroles s’envolent et les écrits restent.
  4. Soyez très attentif dans le contrat aux aspects concernant la propriété intellectuelle. A qui appartiendra les droits d’auteur du site web, à qui appartiendra le code source des éventuels développements informatiques effectués ? Le nom de domaine est-il bien réservé au nom de l’e-commerçant? Préciser dans une convention « propriété intellectuelle », annexée au contrat principal, les éventuelles limites et les modalités du transfert, y compris dans l’hypothèse où le contrat est rompu alors que la solution n’est pas réceptionnée complètement par le client.
  5. ne jamais confier de mission sans écrit, ne fut-ce que pour éviter que par défaut les droits intellectuels restent la propriété du prestataire, sans compter les risques de malentendus sur d'autres modalités et sur le résultat à atteindre !
  6. pérennité de la solution
    • préciser les conditions (tarifs, délais,...) en cas de prolongation de mission,
    • le mode précis de transférabilité de la solution proposée en cas de changement de fournisseur
    • le niveau d'universalité par exemple de la base de données et les modalités d'exportation de celle-ci

Ressource complémentaire:

Article rassemblant des points clés à convenir dans le contrat avec son prestataire